La LICRA doit retirer sa plainte contre Georges Bensoussan

Georges Bensoussan est poursuivi en justice par la LICRA pour avoir tenu ces propos :

« Aujourd’hui nous sommes en présence d’un autre peuple qui se constitue au sein de la nation française, qui fait régresser un certain nombre de valeurs démocratiques qui nous ont portés… Il n’y aura pas d’intégration tant qu’on ne sera pas débarrassé de cet antisémitisme atavique qui est tu, comme un secret. Il se trouve qu’un sociologue algérien, Smaïn Laacher, d’un très grand courage, vient de dire dans le film qui passera sur France3 : « c’est une honte que de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes, en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de la mère. ». »

Voici le verbatim de Smaïn Laacher dans le documentaire :

« Cet antisémitisme, il est déjà déposé dans l’espace domestique, euh… il est dans dans l’espace domestique et il est quasi naturellement déposé sur la langue, euh… déposé dans la langue, euh… euh… une des insultes  euh… des parents à leurs enfants, euh…, quand ils veulent les réprimander, il suffit de les traiter de de juif. Bon. Mais ça, toutes les familles arabes le savent. C’est une hypocrisie monumentale que de ne pas voir que cet antisémitisme il est d’abord domestique et bien évidemment il est sans aucun doute renforcé, durci, légitimé, quasi naturalisé au travers d’un certain nombre de distinctions euh.. à l’extérieur. (l’antisémitisme / le jeune?) il le trouvera chez lui et puis il n’y aura pas de discontinuité radicale entre chez lui et l’environnement extérieur. parce que l’environnement extérieur, en réalité, le plus souvent, dans ce que l’on appelle les ghettos, il est là, il est comme dans l’air que l’on respire, il n’est pas du tout étranger. Il est même difficile de de d’y échapper. En particulier quand on se retrouve entre soi.»

Donc effectivement il ne dit pas “tété avec le lait de la mère” mais le sens est exactement identique. Je pense que S. Laacher, sociologue algérien, sait de quoi il parle. Suite à la polémique déclenchée par ces propos, il avait porté plainte pour diffamation et déformation de ses propos, mais l’extrait du film étant explicite et clair, il a retiré sa plainte.

La LICRA s’est portée partie civile aux côtés du CCIF (qui imagine le CCIF se porter partie civile aux côtés de la LICRA sur une affaire d’antisémitisme ?), au nom de la jurisprudence selon laquelle la LICRA se joint au ministère public quand celui-ci poursuit pour des affaires de racisme ou antisémitisme.

La procureur a décidé de faire suite au signalement du CCIF, ce qui pose vraiment question. Dans sa plaidoirie, elle l’a comparé à Eric Zemmour, alors qu’il n’a fait que citer un sociologue ? Est-ce qu’Eric Zemmour cite souvent des sociologues ? Algériens ?

Et puis, dans ce procès, comment se fait-il qu’on laisse Smaïn Laacher tranquille, mais qu’on cloue au pilori Georges Bensoussan ? N’est-ce pas l’ensemble de son oeuvre qui est en cause pour le CCIF, avec entre autres l’ouvrage qu’il a récemment dirigé, Les territoires perdus de la République ?

En conclusion je recommande fortement la lecture de cet article de Causeur. Georges Bensoussan a pu citer Saïd Ghallab qui a employé le premier l’expression de “lait haineux” à propos de l’antisémitisme dans le monde arabe ; il a également bénéficié du soutien, entre autres, de Pierre Nora, et du témoignage enfin du grand écrivain algérien Boualem Sansal.

 

Advertisements

One thought on “La LICRA doit retirer sa plainte contre Georges Bensoussan

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s