Prostitution : la légalisation met les clients en position de force

Suisse : les michetons en position de force ! Qui dit que la légalisation serait en faveur des personnes prostituées ? PAS LES FAITS !
Les personnes prostituées se plaignent toutes de concurrence accrue, des prix qui chutent ce qui les poussent de plus en plus à «l’acceptation de demandes particulières des clients menant à une recrudescence des prestations sexuelles non protégées» (p 23) Au contraire, les michetons se savent en position de force et réclament davantage de prestations pour le même prix (p89) (Extrait du rapport de la Cour des comptes n°85, Genève, dec 2014.)

Extraits du rapport de la cour des comptes de Genève :
Ces 10 dernières années, le nombre de personnes prostituées enregistrées au total à Genève a explosé, passant de 800 en 2004, à 3330 en 2010 et à 6454 en 2013 !!! (Le rapport de la Cour des comptes n°85, Genève, dec 2014). De 2010 à 2013, l’augmentation du nombre d’enregistrements s’accompagne d’un quasi doublement des différentes structures de prostitution (salons et d’agences d’escorte en activité ainsi que appartements privés recensés). Le rapport note que le nombre de personnes prostituées qui s’enregistrent annuellement est « en très forte augmentation cette dernière décennie » passant de 206 en 2004 à 629 en 2010 et à 1188 en 2013 !!! (1) (2)

Le rapport note aussi que 95% personnes prostituées sont des étrangères soumises à un fort turnover. [ainsi c’est beaucoup plus difficile de remonter les réseaux]. Les données sur Genève confirment ce que l’on constate pour tous les pays réglementaristes : UNE EXPLOSION DE LA PROSTITUTION et de la TRAITE SOUS TOUTES SES FORMES ! Et la prostitution chinoise arrive ! (bluewin.ch/20…/3/…/la-prostitution-chinoise-arrive-en-suisse) (3)

Malgré la légalisation des bordels « les lupanars illégaux se sont multipliés comme des champignons, » notait en 2012, le magasine Suisseinfo et le commissaire Alex Serfilippi :«Nous savons en réalité que ces femmes sont toujours accompagnées d’un protecteur qui se fait passer pour un ami, un amant ou un parent et qui gère tous leurs gains. Parfois, elles sont contrôlées par d’autres prostituées. Mais il est difficile de dénoncer ces cas sans le témoignage des victimes, qui sont soumises à la dure loi du silence.» (Suisseinfo, Une nuit au bordel, 27 novembre 2012) (4)

A Lausanne, les gens s’insurgent à nouveau contre la prostitution de rue et la police elle même constate le recrudescence des réseaux de traite. (Le Matin, «On ne veut plus de prostitution de rue» RAS-LE-BOL, A Lausanne, des habitants lancent une pétition pour stopper le racolage dans la rue, 11.04.2015)(5)

A Zurich, la prostitution de rue est interdite depuis l’automne 2013 ; « Outre l’éradication d’un commerce qui rendait la vie pénible au voisinage, les autorités espèrent ainsi enrayer l’afflux toujours croissant des prostituées d’Europe de l’Est, trop nombreuses et souvent soumises au joug de proxénètes. Les autres cantons sont confrontés aux mêmes problèmes… » (Tribune de Genève, la face sombre des sexboxes, 27/02/2015) (6)

On voit bien que le réglementarisme couplée à la libre circulation des personnes (selon le rapport) a fait exploser le nombre de personnes prostituées. Elles se plaignent toutes de concurrence accrue, des prix qui chutent ce qui les poussent de plus en plus à « l’acceptation de demandes particulières des clients menant à une recrudescence des prestations sexuelles non protégées (ces dernières étant mieux rémunérées) » (p 23 du rapport)
pour les michets : ces derniers se savent en position de force et réclament davantage de prestations pour le même prix (p89) Face à l’incapacité des autorités à limiter l’afflux massif des TdS en provenance de l’U.E (p90)

De plus, ces interdictions de la prostitution de rue ou pour des quartiers entiers du centre ville, ou ces interdictions liées à un encadrement horaire strict (la prostitution n’est autorisée que de 22h à 6h) se traduisent concrètement par des amendes envers les personnes prostituées ! Ainsi ce sont les pays réglementaristes (Allemagne, Suisse, Autriche, Pays Bas) qui verbalisent les personnes prostituées. Qui dit que le réglementarisme est pour les personnes prostituées ? Certainement pas les amendes dont elles doivent s’acquitter !.

(1) Le rapport de la Cour des comptes n°85, Genève, dec 2014. « À défaut de pouvoir chiffrer le nombre de personnes qui sortent annuellement du marché genevois du sexe et donc de définir le nombre exact de TdS en activité à Genève, la Cour bénéficie d’informations sur l’évolution du nombre des différents lieux dédiés à la prostitution dans notre canton. » Notons que les illégales ne sont pas répertoriées ni estimées dans ce rapport.
http://www.cdc-ge.ch/…/6…/Rapportsdaudit/2014/Rapport85.pdf…
(2) (Le Matin, C’est la crise chez les prostituées, 03.04.2012)
http://www.lematin.ch/su…/c-crise-prostituees/story/17496367

(3) Bluewin, La prostitution chinoise s’amplifie en Suisse, 2015/3/17
http://www.bluewin.ch/…/la-prostitution-chinoise-arrive-en-…

(4) (Suisseinfo, 27 novembre 2012)
http://www.swissinfo.ch/fre/societe/Une_nuit_au_bordel.html…
(5) Le Matin, «On ne veut plus de prostitution de rue» RAS-LE-BOL, A Lausanne, des habitants lancent une pétition pour stopper le racolage dans la rue, 11.04.2015)
http://www.lematin.ch/…/veut-prostitution-r…/story/11360458…

(6) Tribune de Genève, la face sombre des sexboxes, 27.02.2015
[Zurich a ouvert un sex-boxes ou Drive-in, mais ce gadget très coûteux n’a apporté aucune solution à l’explosion de la prostitution de rue et son bilan est dérisoire ; 14 personnes prostituées en moyenne (Le Matin, 22/10/2013) pour un coût 2,1 (1,6 million d’euros) + 0,7 millions de frais annuels (tdg, 24.08.2013). Or ce sont des centaines de personnes prostituées qu’il y a dans les rues de Zurich. Sur l’ancien site, «90% des femmes faisant le trottoir étaient des Hongroises dirigées pour l’essentiel par des proxénètes», rappelle Michael Herzig, directeur des services sociaux chargé des questions de prostitution à Zurich (Le Matin, 22/10/2013). Comme il est impossible de savoir si les femmes du Drive-in sont ou non sous la contrainte d’un proxénète, ce Drive-in subventionne donc le proxénétisme sans résoudre le problème de l’explosion de la prostitution].
http://www.tdg.ch/…/La-face-sombre-des-sexbo…/story/19114958

 

(copie d’un post du collectif Zéromacho)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s