Arsenals explosions in Ukraine : depleted uranium contamination risk (Kalinovka, Balakliia…) – Kalinovka explosion as explanation for fission products in Europe in Autumn 2017 [avec version française]

 

Kalinovka vu de loin 2

Arms depots in Ukraine, because of attacks or simply because of bad storage, have a tendency to detonate.

The CRIIRAD tested samples from Mayak following claims by the IRSN the Ru106 came from there but the samples contained very few Ru106 (“le mystère reste entier”).

The Kalinovka explosion on 26/09/2017 is an obvious source for fission products that have been spread through Europe in the few days afterward (Ru 106 but not only, see here for data on Cs134, Co60, I131…). More data showing a LOT more than Ru106 in the cloud (Ru-103, I-131, Cs-134, Cs-137, Pb-210, Na-22, Be-7 SPIKES). Another article on Cs-137 and I-131 spiking in Estonia in the days following the event.

RU106 MAP florent

There has been not only a single blast but a series, confirming arms depot stock continuous wave of blasts. Above is one of the most powerful, where we can as always confirm “microfission” i.e. supercriticity in conventional charges thanks to small HEU tips (see https://depleteduranium.org/how-to-make-a-depleted-uranium-atomic-bomb-with-a-few-grams-of-heu-and-a-good-cannon/ ). The flash followed by ascending fireball is obvious.

 

Link to video. The main issue for surrounding people is whether the weapons stored in the depot included lots of alpha emitters, alpha-beryllium neutron sources for instance, and depleted uranium. The data on Pb210 suggests Polonium 210 fallout ; Po210 is a typical alpha emitter for neutron sources (with beryllium) in warheads. Pb210 would be used so that it decays slowly into Po210, for a longer usability of the munitions. The explosions lasted for at least a full day (hundreds and hundreds of blasts). 30 000 persons evacuated. Wide area devastated (drone video).

This would be more likely I think if the weapons detonated include lots of recent weapons made from NATO countries (Russia of course uses “micro-fission” but no information for instance about birth defects increase in Afghanistan in the 1990s). Fission products are of course an issue but far from the radiotoxicity of alpha emitting actinids such as uranium / plutonium (see first acknowledgement of the dangerosity of depleted uranium for human health by the European Commission).

 

I would recommend to concerned citizens Geiger counter checks (see for instance the Smart Geiger made by Technonia for a first assessment, for more details on the radioisotopes the Rium spectrometer), but for good data on depleted uranium risk, ICP-MS or ICP-AES analysis of a bunch of samples of the ground would be perfect.

It is obvious that the French IRSN is as always LYING as they do not want to expose the fact that conventional weaponry uses small levels of nuclear supercriticity to go through armours. And hence the absence of need to add depleted uranium (link to my website on the topic).

Systematic censorship of close data collectors (except in Belarus, obviously not a NATO member, and we see the increase in the beginning of October) :

 

Switzerland, Belarus, Estonia, not censored :

 

(Data in France is mixed, shows increase for instance in Belfort close to Swiss territory yet peaks much less significant and perhaps toned down intentionally – besides it is the IRSN that is pointing its finger at Russia. Data in Belarus may have been partly toned down too yet the cloud went mostly westwards)

On how to deal with cancers, see phytocannabinoids, of course. (article in French with English-language list of links)

Merci à Pier Campguilhem d’avoir attiré mon attention sur les explosions de l’arsenal.

*****

Les retombées radioactives sont nombreuses, pas uniquement Ru106 mais aussi beaucoup d’autres produits de fission Cs134 Cs137 Ru103 I131 et une preuve de contamination par une source neutronique, le Pb210 (le Pb210 n’est pas lui-même une source neutronique mais il est lié au Po210, qui lui permet de produire des neutrons avec du béryllium, c’est une source neutronique primitive typique pour de vieilles armes)…, et correspondent pour leur distribution à l’origine ouest-ukrainienne. Autre article sur les pics de Cs-137 et d’I-131 en Estonie les jours suivant l’explosion ukrainienne. Le flash combiné à la boule de feu démontre la nature nucléaire, tout sauf surprenante, toutes les armes conventionnelles fonctionnent ainsi depuis des lustres (2ème Guerre Mondiale). Se référer à www.depleteduranium.org

J’ai pris la carte IAEA ici https://blog.safecast.org/2017/11/about-that-radioactive-plume-of-ru-106/

La CRIIRAD a testé des échantillons de Mayak pour Envoyé Spécial : très pauvres en Ru106.

Le nuage semble effectivement avoir été poussé vers le Sud-Est vu les chiffres en Roumanie. Les champignons mutants viennent de Vinnitsya près du site de l’explosion, ont été cueillis un mois après l’explosion.

Noter toutes les censures des balises (les graphes) autour de début octobre : extinction systématique des sondes Geiger gamma autour de début octobre – sauf en Biélorussie où on voit du coup très bien le petit pic ! Mais la Biélorussie n’est pas dans l’OTAN… Idem pour la Suisse où l’on voit très bien les pics sur les données gamma, correspondant aux périodes censurées par les autres pays. L’Estonie aussi donne des courbes a priori non censurées qui rendent également compte du nuage. Les données de Belfort en France n’en rendent pas pleinement compte (on voit des pics mais beaucoup plus limités, peut-être “limage”) mais au moins la France n’a pas éteint totalement ses balises.

Toute cette censure et ces mensonges s’expliquent par le désir de masquer la vérité sur les armes conventionnelles : ne pas expliquer qu’elles sont nucléaires depuis la Deuxième Guerre Mondiale, des obus de tanks aux missiles antichar en passant par le petit calibre API, des GBUs aux Tomahawks, et donc ne pas expliquer que l’ajout d’uranium appauvri est proprement inutile (et criminel… se référer à mon site sur le sujet).

Pour moi la question essentielle : est-ce que les obus contenaient beaucoup d’émetteurs alpha ? c’est ce que des recherches devraient contrôler en priorité. Les quelques grammes d’uranium hautement enrichi par tête, et les sources neutroniques alpha-béryllium éventuelles (j’ai vu un pic de Pb210 sur le blog AllegedlyApparent – voir ici –, qui peut suggérer l’ajout effectif de Pb210 mis à l’équilibre avec Po210 comme source neutronique alpha, ça serait une technique logique pour avoir une source de 1/2 vie plus longue que Po210 pur, et plus facile à manipuler), représentent fondamentalement une pollution très grave, surtout les sources neutroniques alpha beaucoup plus radioactive que l’UHE (et je ne pense pas que les Ukrainiens aient des obus “propres” au tritium comme ceux que l’armée française utilise à Canjuers). Si en plus chaque obus contient un ballast à uranium appauvri ça rajoute une pollution très longue sur le secteur, qui le rendra définitivement inhabitable. Première reconnaissance par la Commission européenne de la dangerosité des émetteurs alpha (ici l’uranium appauvri mais ça s’étend naturellement au Po210 (qui ne connaît pas l’assassin de Litvinenko ?) et aux autres actinides) pour la santé humaine.

Advertisements