Un “2d Amendement” français : le droit au port d’armes de poing pour la sécurité contre le terrorisme

Il n’est pas normal que nous puissions nous faire abattre comme des animaux (comme lors d’un tir aux pigeons) par des terroristes sans pouvoir les en dissuader par les moyens les plus simples. Proposition qui peut paraître provocante, surprenante, mais indéniablement la meilleure dissuasion et de très loin contre le terrorisme.

Avoir une population armée d’armes de poing sera la meilleure dissuasion contre la plupart des attentats. Il suffit de réfléchir, les attentats de Nice ou du Bataclan auraient-ils été possibles si de nombreuses personnes dans la foule avaient été équipées ? La réponse est évidente, non.

Nous allons à l’avenir être confrontés à de nombreux autres attentats. L’islam radical va s’embraser encore et encore, pendant des dizaines voire des centaines d’années, c’est un risque fondamental avec lequel nous allons devoir vivre (rappelons que nous avons recouvert de nombreux pays du Moyen-Orient d’une poussière d’uranium appauvri qui rend de nombreuses villes proprement invivables pour des millénaires, et ce, je le répète, intentionnellement car l’uranium appauvri n’est pas nécessaire au fonctionnement des bombes et missiles de croisière).

La seule solution est de décentraliser la gestion de la sécurité. Au lieu de compter uniquement sur la police, sur Sentinelle (des moyens qui coûtent cher et pèsent sur nos impôts), nous devons donner aux Françaises et Français les moyens de contribuer eux-même à la défense du pays, et adopter un “Second Amendement” autorisant sans condition de permis le port d’armes de poing, en restreignant simplement aux personnes ayant un casier vierge, avec un petit délai d’attente (par exemple 3 jours entre l’achat et l’obtention).

Les autres pays européens, exposés aussi au risque terroriste de par leur position géographique proche du Moyen-Orient et leur communauté immigrée dans laquelle Daech a recruté de nombreux soldats, devraient faire de même.

Advertisements