Why I don’t believe anymore in the chemical attacks in Syria – pourquoi je ne crois plus aux attaques chimiques en Syrie

[Français plus bas]

Here is a great summary with even more proof.

The most recent case is the most blatant : Al Assad was on the verge of winning in that suburb of Damascus (Duma) where he is accused of using chemical weapons. To kill less than 50 persons ? It makes no sense to use weapons that put him at risk of being bombed to kill so few people at a point where there is no real need to use them. Note that in fact, Al Assad is in general supposed to have killed very few people with them (compare with Saddam Hussein using them with the support of the CIA and killing about 25 000 people in Halabja, not to mention the many more victims of chemical gases during the Iran – Iraq war), so the comparative advantage of using them instead of conventional bombs is extremely weak.

Furthermore we get only interior pics of bodies (which have been faked for generations by Hollywood), and governments openly said they relied “on social network data”, like videos, to assess the “chemical attack”.

I also wonder like many others why there was seemingly no aftershock from the cloud of chemical gases of the plants. Even if sarin is “fragile” there should be a lot of chlorine which is much less fragile.

Coming back to the 2013 attack :

  • An expert in chemical weapons interviewed by Euronews said that some of the scenes looked “hyper-realistic”, like “staged”, because of the “exaggerated” reactions of victims that were filmed. He also noted that there should have been blood spilling from their mouthes, not only white foam, because of internal injuries caused by the weapons. (French video but he speaks in English)
  • Russia Today actually has a point in its documentary on a BBC World News interview in Syria in a kind of “emergency center”, where it appears that : 1. the first version aimed at denouncing “napalm” and it seems that in voiceover the words of the journalist were later corrected to talk about a chemical agent. 2. there is very clear and evident staging in front of the journalists, with “victims” actually doing a sign before starting to “express high pain”.
fake Syrian chemical attack BBC.gif
then the footage continues with “nurses” rushing to the “victims”

There are other videos available which also suggest high training of children to simulate a chemical attack (Palestinian demonstrators also train to simulate injuries before marching against Israel). The fact that this actually happened in front of BBC journalists leads to the conclusion that some other pictures / videos showing staging in Syria are likely true as well (the RT documentary provides some).

Robert Fisk eventually went to the bombed place and explains : the kids actually breathed dust and suffered from hypoxia. Somebody shouted “gas, gas” and the doctors started the procedure, but it wasn’t gas (The Independent).

footage photoshopped.png
First a closed barrel, then an open one ! You need two because the first one has to be painted white to look like frosted.

The Skripal case is also another simultaneous false flag to frame the media in linking chemical attacks with Russia and its Syrian ally. The true weapon was fentanyl, which causes vomiting (as an opioid) :

“Fentanyl” is noted by a first version of the CSJ, academic journal, and retrieved through archive.org ; disappears next, replaced by “substance”.

The Daily Mail also suggested in Jan 2013, even though the story was later “retracted” due to lawyers suing them, that a contractor had gotten a green light from Washington to fake a chemical attack in Syria. The US have a very long history of false flag operations through the CIA and other organisations : Gladio, MKULTRA (including experiments with e.g. LSD to create psychic disfunctioning on enemies and manipulate political leaders, BZ (Ladder) has similar effects), COINTELPRO, the “Ham” op of the RMPC in Canada against the FLQ… more recently, the FBI incitations to terror aimed officially at catching islamists… the OBVIOUS links between the White Helmets and Al Qaeda… That they would have managed to convince a tribunal that these emails were forged while they were in fact not would not be a surprise.

 

 

Note the Al Qaeda flag on the right image : it’s an “NGO” according to France 24 ! There are also a few videos where White Helmets collaborate in public executions by rebels which clearly wear black, simply taking out the body of the executed.

whitehelmets2.png

What’s inside the bombs WE are using against these countries ? Depleted uranium. Unneeded for armour piercing, highly carcinogenic, mutagenic, teratogenic. A crime against humanity. Please read this article. The depleted uranium cloud was actually very easy to find using European data from EURDEP.

***

Un article en anglais avec encore plus de preuves.

Le cas le plus récent est le plus évident : Al Assad avait quasiment remporté la victoire autour de Damas, où il est accusé d’avoir utilisé des armes chimiques. Pour tuer moins de 50 personnes ? C’est un non sens de commettre un acte qui déclenche des condamnations internationales et des menaces de bombardements pour tuer aussi peu de personnes à un moment où cela n’était plus nécessaire. D’une manière générale Al Assad est supposé avoir tué assez peu de civils avec ses armes chimiques (comparer avec les 25 000 victimes d’Halabja, avec le soutien de la CIA, et les victimes encore plus nombreuses lors de la guerre Iran-Irak) donc l’avantage comparatif des armes chimiques est extrêmement faible.

De plus dans le cas de la dernière attaque nous n’avons que des photos d’intérieur de corps (qu’il est très facile de falsifier, comme à Hollywood), et les gouvernements occidentaux ont ouvertement déclaré se reposer “uniquement sur des données de réseaux sociaux”, comme des vidéos, pour évaluer l'”attaque chimique”.

On se demande aussi pourquoi apparemment personne n’a été victime du nuage de gaz toxiques qui aurait dû être produit par l’explosion des usines (même si le sarin est “fragile” ça n’est pas le cas du chlore…).

Pour en revenir à l’attaque de 2013 :

  • Un expert interviewé par Euronews parle de scènes “hyperréalistes”, voire “mises en scène”, en raison de l'”exagération” de victimes filmées. Il note aussi qu’on aurait du s’attendre à ce qu’elles vomissent du sang et non uniquement une mousse blanche, à cause des blessures internes causées par les agents chimiques. (video)
  • Russia Today a effectivement un point pertinent dans son documentaire sur le reportage de la BBC World News en Syrie dans une espèce de “camp d’urgence” où il apparaît que 1. la première version dénonçait une attaque “au napalm” et qu’en voiceover la voix a été changée pour “agent chimique” 2. il y a dans une partie du reportage BBC une mise en scène évidente (les acteurs se font signe puis commencent à jouer leur rôle) – reportage. Après la fin du gif les infirmières se précipitent pour aider les “malades”…

fake Syrian chemical attack BBC.gif

D’autres photos / vidéos suggèrent également des entraînements pour simuler des blessures (le reportage RT en montre) – le fait que de tels faits apparaissent dans la vidéo du journaliste BBC ne peut que crédibiliser ces affirmations. (des militants palestiniens font pareil avant de manifester contre Israel)

Le journaliste Robert Fisk est allé sur place et a constaté lui-même que les enfants ont été victimes d’un nuage de poussière qui les a partiellement asphyxiés mais que quelqu’un a ensuite crié “gaz, gaz” même si ça n’était pas une attaque chimique, sous l’effet de la panique (The Independent).

footage photoshopped

Les deux “bombes” sont différentes, la seconde est ouverte en haut, pas la première. Il en faut deux car la première doit avoir l’air givrée (on la peint).

Les Skripal ont aussi été utilisés pour “framer” l’actualité sur la Russie, son allié syrien et les armes chimiques : ils ont en fait été victimes de fentanyl, un opioïde qui cause des vomissements. Cf. première version du CSJ (journal universitaire qui a ensuite changé sa version pour ne plus parler que d’une “substance” non déterminée) et article d’un journal local :

Le Daily Mail avait annoncé en janvier 2013 avoir des emails d’un sous-traitant de la défense qui avait été chargé d’organiser une fausse attaque chimique en Syrie pour permettre une guerre contre ce pays. Il a du retirer l’histoire après un procès intenté par les avocats de la compagnie. Mais les Etats-Unis ont une très longue histoire de manipulations sous “faux drapeau” (“false flag”), avec la CIA, le programme MKULTRA (qui comptait notamment des opérations de manipulation psychique à l’aide de produits psychotropiques comme le LSD, pour perturber par exemple des discours d’opposants politiques), COINTELPRO, Gladio, au Québec l’opération “Ham” de la GRC contre le FLQ… plus récemment, les provocations du FBI visant à inciter à des attentats officiellement en vue de faire arrêter des islamistes… Les liens EVIDENTS des Casques Blancs avec Al Qaeda (assez documentés en ligne)… qu’ils aient réussi à convaincre un tribunal qu’il s’agit de faux emails alors que ces emails étaient en fait vrais n’aurait RIEN d’étonnant.

 

 

Sur l’image de droite noter le drapeau Al Qaida : d’après France 24 c’est une “ONG” !

whitehelmets2
On trouve d’autres vidéos que celle ci où les Casques Blancs aident les islamistes à emporter le corps après une exécution publique

Qu’y-a-t-il dans nos propres bombes utilisées massivement dans ces régions ? Un agent bien plus dangereux que quelque agent chimique : l’uranium appauvri, utilisé systématiquement dans toutes les bombes, missiles de croisière, GBUs, missiles antichar, etc. mais non nécessaire au percement des blindages. Arme de crimes contre l’humanité. Lire cet article. Le nuage d’uranium appauvri des bombardements du 14 avril a été en fait facile à retrouver avec les données européennes des balises EURDEP.

Advertisements