Radioactivité naturelle, culture du machisme et retard économique : un triangle implacable. Disgression sur “Le granite vote à droite, le calcaire vote à gauche”

Plutôt que “le calcaire vote à gauche, le granite vote à droite”, il faut lire “le calcaire vote au centre, le granite et les zones à forte radioactivité en général votent aux extrêmes” (et Falloujah choisit le djihad). Ma thèse est bien que :

(1) la radioactivité naturelle affecte sur le long terme la qualité génétique et engendre des handicaps intellectuels (je me base sur des études épidémiologiques en lien plus bas). Sur le long terme ceci se manifeste par un rejet du centre et une adhésion aux extrêmes (catholicisme royaliste, communisme par exemple).

(1 bis) Il est également certain que radioactivité naturelle et fertilité des sols sont également liés par une relation inverse… JJ Rousseau remarquait déjà que l’herbier du Pilat (“Pila”) était beaucoup plus pauvre que celui du Dauphiné (de l’autre côté du Rhône). L’activité alpha dans les sols corrode les racines.

(2) Les femmes sont un bouc émissaire central dans les régions où les enfants sont souvent handicapés (pas seulement handicaps intellectuels : trisomie, malformations, etc – on met sur le dos des mères les maladies des enfants). Les idéologies à charge misogyne (les mêmes que dans le 1) y ont en conséquence du succès (ce qu’Emmanuel Todd désigne comme niveau de patrilinéarité élevé se traduit par une adhésion à des idéologies qui elles-même présentent un caractère patrilinéaire). Au-delà des femmes on s’en prend alternativement à toutes les minorités “d’apparence féminine” comme les Juifs (de culture matrilinéaire), les homosexuels (voir d’ailleurs en ce qui concerne communisme et homophobie – lien externe).

(3) Ces idéologies tendent à encourager la remise en cause des droits de propriété (et / ou la planche à billets), renforçant le retard économique lié aux faibles capacités d’innovation liées à la faiblesse génétique. Pour le nazisme : propriétés des Juifs. La suppression des libertés en général est cause de retard économique (faible circulation des informations). Le non-respect des minorités a évolué en non-respect des droits de propriété (on affirme que l’homme est indépendant de ses propriétés, doit les dépasser pour se réaliser pleinement d’autant qu’on lui a “offert” l’élimination du bouc émissaire, c’est l’équivalent du paiement au prêtre à la sortie du temple, il faut bien que le nouveau régime vive, ce sont des spoliateurs)

(4) Le paroxysme est l’endogamie, liée à la fermeture totale, traditionnelle ou politique (liée au protectionnisme économique et au totalitarisme) qui se visualise par exemple par le faible nombre de noms de famille et renforce l’appauvrissement génétique

(5) A contrario, évidemment, l’innovativité facilite l’expansion militaire et économique, les deux se soutiennent

 

La carte des structures familiales d’Emmanuel Todd et sa conclusion sur le dynamisme des régions périphériques (famille nucléaire absolue et, dans une moindre mesure, famille nucléaire égalitaire, plus généralement les familles primitives, comme les Tchouktches en Sibérie) en Europe recoupent assez exactement la “logique génétique” de la radioactivité naturelle du sol : plus celle-ci est importante, plus les cancers, malformations, maladies (génétiques par exemple, comme la trisomie 21) et autres handicaps mentaux sont nombreux, plus la capacité d’innovation est affaiblie sur le long terme, plus l’accumulation du capital est difficile, et le recours à la force (masculine…) est prévalent (par exemple les mariages arrangés pour éviter la “fuite des femmes” vers les régions plus riches). D’une manière générale la peur domine et la densité idéologique augmente en réponse : apparition d’idéologies structurées comme la social-démocratie, le fascisme, le communisme, en Europe continentale (quasi absentes en Angleterre et à peine visibles en Hollande, faibles aussi dans le Bassin parisien), comme le montre Todd dans l’Invention de l’Europe – et il montre bien qu’il s’agit de formes collectives de patrilinéarité, rappelons la proximité historique de la social-démocratie allemande avec le nationalisme allemand, tout ceci affaiblit la capacité d’innovation sociétale et technologique. De ce fait il est logique d’expliquer le développement rapide de l’Angleterre et de ses colons outre-Atlantique (dans une moindre mesure de la Hollande, de la France du Nord, des provinces hanséatiques et de l’Italie du Nord et de la Toscane) par leur radioactivité naturelle plus faible et leur meilleure qualité génétique, en plus de leur climat tempéré, et donc leur moindre propension à l’exclusion des minorités par réaction à un sentiment diffus d’insécurité sanitaire (sans parler tout simplement du moindre nombre de handicaps mentaux et de maladies en général !).

Commencer par mon article sur les cancers et suivre tous les lien vers les autres articles (trisomie 21, autisme, handicaps intellectuels). D’autres facteurs que la radioactivité naturelle entrent désormais en jeu en ce qui concerne la contamination par les émetteurs alpha mais le lien entre l’histoire civilisationnelle et la radioactivité naturelle est évident, de façon visuelle, grâce aux cartes d’Emmanuel Todd, même si l’analyse en Italie présente un défaut (le rôle patrilinéaire de la mafia dans le Sud n’est pas assez mis en évidence) :

Famille communautaire en Auvergne (vote communiste, surtout Limousin, très connu pour ses mines d’uranium, ou par exemple l’est du Puy de Dôme, aussi très radioactif, circonscription d’André Chassaigne),  souche en Bretagne et en Vendée (catholicisme politique traditionnel, royalisme – il y a eu beaucoup de mines d’uranium en Vendée, la carte ne le montre pas), dans le nord-ouest de l’Espagne (bastion du carlisme), formes communautaires à l’intérieur de la Finlande (communisme au centre / fascisme de Lapua au nord), mafia en Campanie (zone la plus radioactive d’Italie) et dans les Pouilles et la Sicile (le nord de l’Italie est moins radioactif, Todd y identifie des structures souches / communautaires mais pour moi la mafia est bien évidemment un dispositif super-patrilinéaire, super-dense, que ce soit la Camorra, la N’Drangheta ou la mafia sicilienne), souche en Irlande occidentale, liberté familiale plus importante en Norvège qu’en Suède, maximale en Angleterre, restes d’endogamie et mafia en Corse (très forte radioactivité naturelle, visible à droite), chevènementisme dans le territoire de Belfort, les résultats sont implacables, forte contamination par émetteurs alpha = haine de l’autre, refoulement du désir primal, refermement des familles (patrilinéarisation puis endogamie) et retard économique. Insistons sur l’oppression croissante des femmes dans les zones à forte structuration familiale. . . l’arc entre Valenciennes et le 62 me semble assez bien correspondre à une région de vote traditionnel communiste où aujourd’hui le Front National prospère. Certaines villes du Mercantour votent aussi traditionnellement communiste (Saorge, Venanson) et le reste du Mercantour est très à droite (Ciotti…).

Ceci se vérifie par exemple à travers les fantasmes sexuels endogames observés dans les zones à forte radioactivité naturelle aux Etats-Unis :

 

Une approche plus large confirme à 100% le phénomène. Les populations migrantes de la fin de l’Antiquité ont je pense fui une pression sociale causée par la radioactivité naturelle :

2-pornhub-insights-2016-year-review-most-viewed-categories-map
Le sexe anal (pénétration des femmes) domine sur le continent, démontrant une propension plus importante à la violence masculine que dans les régions périphériques à faible radioactivité naturelle. Le Japon aussi est “souche” selon Todd et Geoffrey Gorer y identifiait en 1941 une “fixation rectale” bien connue de la psychanalyse.
2-pornhub-insights-2016-year-review-heatmap-mom-275x217
La “vraie carte de la radioactivité naturelle” (et c’est à peine de la provocation). Chine, Russie, Kazakhstan ont d’immenses gisements connus, l’Iran et la Turquie sont connus pour leur thorium, Areva cherche l’uranium en Libye… Les faibles niveaux aux Etats-Unis doivent être contrebalancés par la carte “Step mom et step sister versus lesbian” démontrant également une propension à l’inceste croissante vers le centre radioactif, il y a sans doute des résultats identiques en Australie (grande disparité régionale, l’uranium est au Nord). Dans les pays les plus pauvres le manque d’accès à Internet rend néanmoins les données moins fiables. Toute cette patrilinéarité est parallèle à la croissance de la fixation rectale, à ce sujet lire mon article sur le refoulement masculin.

L’augmentation des maladies inexpliquées est, je l’affirme, un facteur dans le “recours au mâle”, la patrilinéarisation progressive des sociétés et son summum, l’endogamie, qui démultiplie naturellement ces maladies. L’augmentation de la patrilinéarité est une réponse à la peur. Le mâle impuissant qui domine la société accuse les faibles (notamment les femmes qui donnent naissance aux enfants malades, les cultures matrilinéaires comme les Juifs… boucs émissaires), conduisant à la formation d’idéologies rédemptrices reposant sur l’exclusion de boucs émissaires. Du coup le dynamisme innovatif est réduit car de plus en plus d’individus sont exclus de l’économie. Pensons aux travaux d’Avner Greif montrant la supériorité économique de systèmes moins communautaires. L’innovation est à la fois organisationnelle (démantèlement des systèmes mercantiles, des oligopoles privés, liberté politique et droits humains, systèmes d’information) et technologique. Le progrès en général est facilité. La reconnaissance des résultats sur la dangerosité de la radioactivité (nanoparticules émettrices alpha) permettra de grands progrès.

La région de St Étienne, très pauvre, présente à la fois une faible diversité de noms de lieux-dits, de noms de famille (ce qui sous-entend un peu d’endogamie) et une forte radioactivité naturelle, c’est un cas d’école.

Ici un listing des sources de contamination hors zone de guerre pour les personnes souhaitant réduire leur exposition soigneusement ! Les mutations concernent aussi les bacilles et les virus, la peste de 1347 est apparue dans l’Asie centrale riche en uranium, Zika a muté au Brésil, riche en thorium.

Les bombardements à uranium appauvri représentent la catastrophe absolue, crimes de guerre, et ont été organisés, dans certains cas, dans le réel but de crimes contre l’humanité. L’uranium appauvri est tout sauf indispensable au fonctionnement des armes. Se référer à http://www.depleteduranium.org et en particulier à cet article sur la radicalisation jihadiste en zone bombardée à l’uranium.

A noter néanmoins : les propriétés médicales anti-cancer (entre autres) des cannabinoïdes naturels.

 

Guérir les écrouelles… avec l’huile de cannabis, secret professionnel des rois de France ?

L”huile mystérieuse” de Judée utilisée par le clergé des premiers temps de la France monarchique (comme le relève Sismondi, par ailleurs national-socialiste (l’objet de ma thèse et d’une présentation lors d’un colloque de l’institut Mises mises.org) mais que j’utilise par convenance, dans l’Histoire de la chute de Rome) est peut-être, probablement l’huile de cannabis utilisée par Jésus et aux propriétés médicales multiples, explicatives des guérisons “miraculeuses” du Nouveau Testament. Or, les rois français sont aussi connus pour ce fameux miracle de la guérison des écrouelles, plaies purulentes au cou liées à la tuberculose.

Il se trouve que l’huile de cannabis a des propriétés efficaces en ce qui concerne ces plaies (Dahl et Frank 2011 rapportent l’usage d’une boisson à base de cannabis en Scandinavie au début du 20ème siècle et son efficacité en ce qui concerne les écrouelles, “scrofula”). L’effet anti-inflammatoire très connu du cannabis médical est sans doute une explication même si d’autres propriétés médicales entrent peut⁻être en jeu (le cannabis contient en effet naturellement des antibiotiques (source scientifique, lire aussi Esra M. M. Ali et al 2011 Chinese Medicine, et Kazhila C. Chinsembu 2016 Acta Tropica qui mentionne les propriétés antimycobactériennes naturelles de Cannabis sativa) qui pourraient peut-être être capables d’éliminer la tuberculose.

On imagine facilement un “secret de fabrication” garantissant la popularité de la monarchie près le bas peuple, transmis sûrement par le clergé en échange de services politiques. La rupture date de Louis XV en 1739, qui le premier arrêtera la cérémonie, même si Louis XVI la ressuscita (lire aussi Marc Bloch et son fameux livre Les Rois thaumaturges, qui ne fournit néanmoins pas la vraisemblable explication médicale et conclut sur l’irrationalité collective). C’est aussi très exactement en 1740 qu’Emmanuel Todd date le début de la chute des vocations cléricales en France (dans L’invention de l’Europe) et le début de la déchristianisation. Pourquoi Louis XV a-t-il, à Pâques 1739, mis fin au rituel ? Je n’ai pas de réponse et il sera probablement très difficile d’y répondre.

Jésus-Christ, simple utilisateur de l’huile de cannabis pour guérir et prêcher ! Alternatives cannabinoïdes “non planantes” (cancer, épilepsie, etc.)

De nombreux miracles dans l’Évangile s’expliquent très facilement par l’application d’un onguent de cannabis, tel qu’il était fabriqué à l’époque à partir de “kaneh-bosm”, cannabis (il y a même une recette d’huile dans l’Ancien Testament, sorte de macéra-Sion). C’est notamment le travail de l’archéologue Christopher Bennett, qui a fait l’objet d’articles de la BBC et du Guardian.

christ-weed
Fresque dans une cathédrale en Sicile, 12 ème siècle, certainement un artiste qui avait compris le truc…

Lire aussi : l’huile de cannabis et la guérison des écrouelles par les rois de France.

Il existe des alternatives non-psychotropes qui permettraient peut-être d’arriver aux mêmes résultats de façon plus “légère”, moins handicapante, en évitant par exemple les pertes de mémoire liées à la THC et que les jeunes fumeurs recherchent. Il y a des preuves archéologiques de l’usage médical de cannabis à l’époque du Christ à Jérusalem (par exemple comme anti-douleur pour une femme en train d’accoucher, au 3ème ou 4ème siècle de notre ère). Dans l’Évangile les disciples du Christ soignent par l’application d’huile (en Marc 6:13 par exemple). Le corps produit ses propres cannabinoïdes mais les cannabinoïdes en provenance du cannabis (delta-9-THC psychotrope, et pour les non psychotropes le cannabidiol, la THCa et la THCV) ont d’excellentes propriétés médicales : anti-cancer notamment (réduction des tumeurs et préservation des cellules saines, de nombreux malades du cancer aux Etats-Unis se soignent uniquement comme ça, avec succès), mais aussi anti-douleur,  contre le diabète type 2 et l’obésité, anti-spasticité… La spasticité est une forme de paralysie pour laquelle des études ont démontré l’efficacité du cannabis médical. Jésus soigne justement un paralytique dans l’évangile de Luc. Dans le cas du cancer les études démontrent l’efficacité à la fois du CBD et du delta-9-THC (lire notamment sur cancer.gov le site institutionnel américain). Les malades du cancer se soignent efficacement en quelques mois avec une huile très riche en cannabinoïdes, malgré les effets psychotropes du delta-9-THC. Le cannabidiol a aussi des propriétés anti-psychotiques, il peut être utilisé pour la schizophrénie, ce qui explique sans doute certains “exorcismes” dans la Bible (cas dans lesquels l’utilisation de produits psychotropes est à prohiber). Il est aussi utilisé pour les autistes et montre des résultats très prometteurs. Attention aux interactions médicamenteuses (opiacés comme la morphine en particulier sont à prohiber). Lire cet article sur le cannabidiol. Quoi qu’il en soit c’est évident que le Christ s’est servi de ces propriétés médicales pour guérir et prêcher (probablement aux fins de détourner l’attention de son homosexualité, qui n’a pas été frappé de sa relation spéciale avec Jean ?). Témoignages contemporains de patients soignés du cancer (et de l’obésité et du diabète de type 2) grâce à l’huile de cannabis à lire ici.

Le delta-9-THC est légal en France (l’article R5132-86 du code de la santé publique fait une exception), contrairement au cannabis dont il est extrait (par ailleurs le fait de fumer est évidemment extrêmement mauvais pour la santé…), mais il reste qu’il s’agit d’un psychotrope qui produit des sensations pouvant être très désagréables (notamment lors du “décrochage”, ce que les fumeurs appellent “atterrissage”) et qu’il est formellement interdit d’en consommer avant de conduire (circonstance aggravante en cas d’accident de la route). L’acide tétrahydrocannabinolique, ou THCa, n’est pas psychotrope, contrairement au delta-9-THC, on le trouve dans le cannabis frais (non traité), et il présente des propriétés médicales similaires au delta-9-THC (on le mentionne par exemple pour ses effets antiproliférants dans le cas du cancer de la prostate). Le THCV, tétrahydrocannabivarine, également non psychotrope, présente également des propriétés intéressantes, notamment contre l’épilepsie. Ces deux molécules ont néanmoins été beaucoup moins étudiées que le delta-9-THC, qui reste donc à l’heure actuelle néanmoins le plus sûr allié contre le cancer.

Pour toute utilisation, se renseigner sur Internet (en particulier parce que le cannabidiol et les autres cannabinoïdes peuvent interagir avec nombre de médicaments en raison notamment d’une interaction avec une enzyme importante dans la dégradation des molécules, la cytochrome P450), mais commencer avec des doses relativement faibles et toujours rechercher les conseils d’un médecin (aux Etats-Unis on trouve des médecins bien formés aux usages des cannabinoïdes). Malheureusement, rien n’est remboursé par la Sécurité sociale, alors que c’est parfaitement sain et naturel. Le corps humain a des récepteurs pour les cannabinoïdes mais des laboratoires essaient de produire des molécules de synthèse qui pourraient elles aussi agir sur ces récepteurs, qu’elles seules pourraient produire grâce au brevet et pour lesquelles elles obtiendraient le monopole du remboursement. On a vu les conséquences dramatiques à Rennes lors de l’accident mortel causé par une molécule de synthèse en 2016 : il s’agissait d’une molécule visant à inhiber une autre enzyme qui elle détruit les cannabinoïdes produits naturellement par le corps (Marisol Touraine a elle-même précisé aux médias que le médicament testé ne contenait PAS de cannabis, il ne s’agit même pas d’un cannabinoïde). La preuve qu’il vaut vraiment mieux se soigner avec des cannabinoïdes naturels !

Constructivisme vs. anti-constructivisme

Beaucoup veulent faire croire aujourd’hui que le nouveau clivage serait entre partisans de la mondialisation et partisans du localisme, de l’enracinement. Voilà une idée qui vient en fait de la science politique (Rokkan a théorisé les clivages, Von Beyme a rajouté celui entre cosmopolitisme et localisme). C’est aussi un clivage qui mélange des gens assez différents, puisqu’on retrouve des internationalistes et des localistes très à gauche, des partisans de la mondialisation dans un centre-droit libéral, et de nombreux nationalistes (localistes donc) à droite. Beaucoup aiment à penser que la mondialisation serait devenue un phénomène si important qu’elle façonnerait aujourd’hui notre culture politique. Cela n’est pas impossible, mais il existe un autre clivage qui est, je pense, plus profond car plus historique, et qui structure notre vie politique en y traçant une diagonale morale, très importante car elle nous positionne sur des enjeux de fond, sur nos représentations de la société. Vous l’aurez deviné, c’est le clivage entre constructivistes et anti-constructivistes.

Les constructivistes de tous bords sont ceux qui veulent façonner l’homme à l’image d’utopies, de mondes imaginés qu’ils aiment pour leur beauté et non pour leur capacité à répondre aux besoins des humains. Leurs utopies s’appellent République, Socialisme, Entreprise, ou Nation – on les retrouve donc de l’extrême-gauche à l’extrême-droite. Les hommes politiques constructivistes n’ont que peu à offrir, si ce n’est l’existant – ils imitent des idées déjà existantes, ils plagient de grands auteurs, tentent de les citer pour se les approprier, et surtout proposent des idées dans le but de cliver, de “cocher des cases idéologiques” – il y a des marqueurs de droite et des marqueurs de gauche. Ce sont souvent des poupées parlantes, comme le démontre la capacité de certains à passer aussi facilement d’une idée à l’autre – ainsi de Hollande qui dénonçait la finance avant de proposer le socialisme de l’offre.

Et il y a les anti-constructivistes, ceux qui veulent adapter les institutions aux hommes – disons aussi les pragmatistes. Pour prendre un exemple : John Maynard Keynes. Keynes n’était pas un idéologue, mais il était un penseur. Il n’a pas inventé le socialisme : simplement, il savait que ce sont les pauvres qui consomment le plus de biens de consommation (fait aussi identifié avant lui par J-C-L Simonde de Sismondi, économiste suisse du début du 19ème siècle). Les aider est nécessaire, parce que cela soutient l’économie.

Les anti-constructivistes, surtout, ce sont tous ces citoyens, qui ne seront jamais des politiciens, qui cherchent simplement à mettre en place des initiatives, sur le terrain, pour changer les choses. Ce sont des citoyens qui ont perdu confiance dans les institutions, qui craignent la corruption, et qui veulent changer les choses, mais ne se reconnaissent dans aucun des politiciens qui prétendent gouverner la France.

Les anti-constructivistes, ce sont des citoyens à qui on donne rarement la parole, qui doivent se battre dans leur coin, qui défendent leurs droits, se mobilisent sans attendre de drapeau. Ce qui les rend si invisibles, c’est leur dispersion énorme. L’économie sociale et solidaire, les monnaies alternatives, les AMAP… ce sont des mouvements qui se concentrent sur la réalité du terrain. Ils ne cherchent pas à revendiquer une appartenance politique. Ce sont des mouvement qui se concentrent sur ce qu’est la réalité de l’être humain, et, surtout, ne cherchent pas à le faire rentrer dans de petites cases.

L’anti-constructivisme peut représenter leur bannière commune. Il s’agit d’une philosophie, que je désignerais comme l’exact inverse de l’anthroposophie. L’anthroposophie est un exemple de mouvement sectaire (dénoncée comme secte dans le rapport de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes en France) qui prospère dans les mouvements citoyens et dévoie leurs énergies vitales. On le retrouve jusqu’à la NEF.

L’anti-constructivisme est un regard critique porté sur tous ceux qui font passer les idées avant les hommes. Il y a deux types de personnels politiques qui font passer les idées avant les hommes : les dirigeants des pays totalitaires, et ceux qui recherchent le pouvoir pour ses prébendes, qui ne s’intéressent qu’à l’argent. Il s’agit aussi de dénonce la lassitude envers les institutions que cela entraîne – terreau favori de l’extrême-droite.

L’anti-constructivisme, enfin, c’est le choix de la démocratie et du suffrage universel, mais également du référendum, pour les décisions importantes. Ceux qui, de quelque façon que ce soit, prétendent que certaines décisions ne devraient pas être confiées au peuple, se trompent. Ceux qui, par exemple, prétendent que les élections législatives ne devraient pas être à la proportionnelle “parce que cela empêche le FN d’avoir beaucoup de sièges” commettent une véritable erreur : légitimer leur adversaire.

L’anti-constructivisme se veut le rassemblement de citoyens fatigués mais non désabusés, qui croient qu’il y a encore un espoir, que celui-ci viendra d’en bas, mais qu’il faut arrêter de parler pour vendre des idées et dessiner des utopies qui n’adviendront pas et à la place s’atteler à construire des institutions vraiment représentatives, qui prennent en considération l’humain – sans démagogie ni mépris.

Sur l’anti-constructivisme et le réalisme

Pourquoi ce blog se dit-il anti-constructiviste ? L’anti-constructivisme, c’est le rejet de cette philosophie selon laquelle la société peut se construire et l’homme se formater de l’extérieur (par l’éducation, par exemple) selon ce qui a été construit. Le constructivisme est un parent proche de l’idéalisme mais il n’est pas exactement identique ; je me caractérise tout à fait comme idéaliste (je veux améliorer la société) mais aussi comme anti-constructiviste. Je caractériserais peut-être l’ambition constructiviste comme étant celle visant à transformer les idées en institutions (la République ou le socialisme donnent deux modèles d’État, l’un libéral l’autre non). Pour moi ceci conduit trop souvent à oublier le sens de ces institutions. Les institutions n’ont de raison d’être que si elles apportent effectivement plus de liberté aux individus. Elles n’ont aucun droit naturel à incarner cette liberté, elles doivent en permanence répondre de leurs actes devant les citoyens qui les subissent. Donc l’anti-constructivisme, au final, c’est adapter ses idées aux réalités du terrain.

Celui qui commence par l’idée générale, le principe (ex : la Liberté) sans parler de la liberté réelle des individus est dans l’erreur. Le constructivisme ouvre la voie à toutes les trahisons. Je pense que ce qu’on appelle parfois la “gauche bien-pensante” est une incarnation typique de ce constructivisme. Najat Vallaud-Belkacem inaugure un colloque sur le républicanisme où un des intervenants (Yannick Bosc) montrera comment Thomas Paine avait été l’un des premiers à se prononcer en faveur de ce qu’on appelle aujourd’hui allocation universelle et un autre (Philip Pettit) que le républicanisme implique de penser les droits économiques et sociaux des individus pour leur garantir leur liberté réelle. Mais le gouvernement n’a rien à voir avec de telles idées ! Hollande a attaqué la finance dans son discours du Bourget mais l’a cajolée pendant tout son quinquennat ! Il a abattu le Code du Travail comme aucun gouvernement de droite n’avait jamais osé !

Je sais que l’anti-constructivisme est originellement une idée de Friedrich Hayek, dont j’ai toujours admiré la rigueur intellectuelle. Mais contrairement à Hayek, je ne crois pas en la rationalité des individus. Au contraire l’individu est fondamentalement moutonnier, en d’autres termes mimétique (pour parler comme René Girard), et c’est l’imitation qui fait que pour un temps au moins les individus peuvent souscrire aux catégories construites dans la société (comme celle de République ou de socialisme) – on y adhère parce que d’autres y adhèrent. Puis on se rend compte que ceux qui les défendent ne sont que des menteurs qui n’ont rien à voir avec cela… C’est parce que l’ambition affichée des hommes politiques comme Hollande ou Sarkozy a un effet magnétique qu’ils arrivent à nous séduire. Quand on vote pour eux, on vote d’abord pour l’homme, pas pour les idées. On s’identifie à leurs passions, et en premier lieu à leurs ambitions. Voire même, en France, à leur capacité à séduire : l’infidélité amoureuse des Présidents français n’a jamais été un obstacle à leur cheminement politique (alors qu’on sait où ça a failli mener Bill Clinton). Ce sont eux les premiers constructivistes, ceux qui fabriquent des idées qu’ils préparent en fonction de catégories de pensée pré-existantes, dans le but de séduire et non de libérer l’homme. Et il y a le cortège de tous ceux qui les suivent, femmes et hommes d’ambition comme eux, y compris dans le monde universitaire, et qui espèrent par leur servilité réussir à bien se placer. D’où une novlangue qui se répand et qui dissout le sens.

L’individualisme de Hayek est démagogique, la liberté n’est réelle que lorsqu’elle est garantie par des droits économiques et sociaux, un revenu minimum permettant d’avoir des capabilités, comme le dit Amartya Sen. Il ne sert à rien que le gouvernement construise des routes si je n’ai pas l’argent pour passer le permis et acheter une voiture. Les discours bien-pensants sur les “valeurs républicaines” qui n’apportent aucune réponse sur les libertés réelles passent à côté de l’essentiel et nourrissent un dégoût des institutions que le Front National sait capter à son profit.

On a tendance à contester les théories de René Girard, car elles remettent en cause le bel appareil de l’individualisme cartésien qui sacralise la liberté de choix de l’individu. L’homme est fondamentalement mimétique, mais refuse de le voir car cela ferait s’effondrer tout ce bel appareil. La plupart d’entre nous suivent les modes, se conforment à des modèles de pensée pré-construits et sommes incapables d’originalité. René Girard, lui, a toujours marqué son scepticisme vis-à-vis du constructivisme dominant. L’autisme, au fond, n’est pas grand-chose d’autre qu’un hypomimétisme, une insensibilité aux modes dominantes qui empêche d’apprendre à parler le langage de la foule (cela permet peut-être une certaine intelligence dans l’anti-conformisme, mais un autiste ne sera jamais un bon politicien, aussi intelligent qu’il soit). La schizophrénie, au fond, n’est rien d’autre que l’inverse : tendance à l’hypermimétisme, ou même “emballement de l’hypermimétisme humain” pour parler comme le psychiatre Henri Grivois. Il y a une symétrie entre ces deux troubles, et d’ailleurs il y a aussi semble-t-il proximité génétique entre les deux. Lire à ce sujet : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01528351

Le critère de la scientificité en sciences sociales, pour moi, c’est d’étudier toutes les hypothèses avec la même rigueur, et de n’en disqualifier aucune ni n’en sacraliser aucune. L’homme a tendance à faire beaucoup trop de boucs émissaires, et le libéralisme, par exemple, a continuellement sacralisé le marché et condamné l’État, sans que les solutions proposées, au Chili de Pinochet, dans l’Amérique de Reagan, l’Angleterre de Thatcher ou ailleurs, n’aboutissent réellement à une prospérité partagée. Il est temps d’adopter un point de vue réellement dépassionné sur le monde et c’est ce que j’essaie de me proposer de faire sur ce blog.